Vous utilisez une ancienne
version de votre navigateur

Veuillez télécharger la mise à jour afin de bénécifier de toutes les fonctionnalités du site

Mettre à jour votre navigateur

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer du contenu ciblé.

Rencontre avec Antonin Baudry

La Seine Musicale rouvre ses portes le 19 mai 2021 pour le concert Schumann, La Nuit des Rois. Rencontre avec le metteur en scène de cette création scénique, Antonin Baudry, réalisateur du Chant du Loup et auteur de la BD Quai d'Orsay.

Quel est votre rapport à la musique classique ?
 
La musique m’accompagne tout le temps et partout. Je ne peux pas travailler sans musique. Je ne peux pas faire de sport sans musique. Je ne peux pas réfléchir sans musique. Elle est soit dans l’air, soit dans ma tête, mais elle est toujours là. Je ne fais pas de différence entre musique classique et pas classique, je ne compartimente pas. Je sais juste de quelle musique j’ai besoin à quel moment pour m’accompagner, pour être heureux, pour viser juste. Dans les quatre œuvres de La Nuit des Rois, il y a une telle variété d’humeur, d’énergie, de ton que je peux toujours trouver celle qu’il me faut – pas la peine de chercher d’ailleurs, c’est celle qui me reste en tête : cela va de la mélancolie la plus profonde à l’énergie la plus libre, de la tension qui précède un meurtre au picaresque provençal, du contemplatif au politique, de la tristesse du deuil à la douceur de l’enfance. C’est ce qui me permet de vivre pendant des semaines et des semaines avec ces œuvres, sans avoir besoin – pour l’instant ! – d’aller voir ailleurs…

Comment est né le projet de La Nuit des Rois ?
 
Ha ! C’est assez incroyable. J’étais en train de traverser le pont de Brooklyn avec mes deux meilleurs amis américains. On ne s’était pas vus depuis longtemps à cause de la fabrication de mon premier film qui était en salle à ce moment-là, ils me demandaient ce que j’allais faire à présent – quand nous nous étions connus j’étais diplomate, quand nous nous sommes retrouvés j’avais quitté la diplomatie pour faire mon film. Je leur ai parlé de mon nouveau projet de film, et puis tout d’un coup je leur ai dit que j’allais aussi faire un spectacle lyrique. Je savais que ça n’avait aucune chance d’arriver, mais c’était une envie libre qui s’exprimait sous forme de plaisanterie. Ils se sont regardés un peu perplexes, puis ils ont compris que c’était une blague. En rentrant à la maison après la balade sur le pont, j’ouvre mes emails. Laurence Equilbey :
« Cher Antonin Baudry, j’aime beaucoup votre travail et j’ai pensé vous proposer un projet lyrique à mettre en scène à La Seine Musicale sur l’Île Seguin ». Mes deux amis ne m’ont jamais cru quand je leur ai dit que je n’avais pas vu cet email avant le pont de Brooklyn. Et pourtant c’est la réalité.

Quel est le fil conducteur de votre mise en scène ?

La Nuit des Rois, c’est avant tout un conte, « il était une fois… ». Un page amoureux d’une princesse sous les yeux jaloux du roi, donc un meurtre, etc. Ma mise en scène vise à créer cet univers de conte. Mais au lieu d’effacer l’univers réel qui le sous-tend, les deux s’entremêlent : l’orchestre fait partie de l’univers du récit, les personnages incarnés par les solistes passent dans des images projetées sur un tulle, les univers se superposent comme dans un rêve. L’unité de tout cela, c’est la musique. Elle est à la fois souffle des personnages, source de l’énergie, et nœud du drame : quand deux être s’affrontent, et que l’un est musicien et l’autre roi, que se passe-t-il ? Comment cela finit-il ?
 
Propos recueillis par Isabelle Stibbe pour Insula orchestra.
 

INFORMATIONS & RÉSERVATION

 
La Seine Musicale, Grande Seine
mercredi 19 et jeudi 20 mai 2021, 18h30

Tarifs : 60 | 45| 10 €

Réservez vos places sans plus attendre : www.laseinemusicale.com

Vous aimerez aussi