Vous utilisez une ancienne
version de votre navigateur

Veuillez télécharger la mise à jour afin de bénécifier de toutes les fonctionnalités du site

Mettre à jour votre navigateur

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer du contenu ciblé.

Rencontre avec Clément Debailleul

En juin 2020 à La Seine Musicale, Insula orchestra et Laurence Equilbey retrouvent Clément Debailleul - Cie 14:20 pour un cabaret enchanté autour des plus beaux airs de Mozart. Rencontre avec le metteur en scène Clément Debailleul.

Vous êtes metteur en scène du spectacle « Magic Mozart » et membre fondateur de la Cie 14:20, chef de file de la magie nouvelle. Pouvez-vous nous présenter ce mouvement artistique ? Quelles en sont les disciplines ?
 
La Cie 14:20 est, effectivement, initiatrice et porteuse de ce mouvement artistique. C’est avec Raphaël Navarro et Valentine Losseau que nous avons souhaité défendre la magie en tant que forme artistique à part entière. L’idée est de renouer avec la magie au sens élargi, libérée de son répertoire traditionnel et de la figure centrale du magicien. La magie nouvelle place le détournement du réel au centre des enjeux artistiques.
À la notion de discipline, je préfère celle de langage artistique, d’expression. Dans la langue inuite par exemple, le mot neige connait de multiples subtilités ; en art il en va de même et le langage de la magie est le plus à même de raconter et de faire vivre aux spectateurs le génie créateur de l’œuvre de Mozart.
 
 
La rencontre entre les opéras de Mozart et la magie nouvelle a-t-elle été évidente ?
 
La dimension abstraite de la musique rejoint naturellement la création visuelle que propose notre mise en scène. La puissance du génie Mozartien est une source d’inspiration très forte qui nous a donné envie de convier de nombreuses expressions diverses telles que la danse, les ombres et la peinture qui s’associeront au service du sentiment magique.

« Magic Mozart » a la particularité d’être construit sur des extraits de plusieurs opéras de Mozart. Comment va se développer votre dramaturgie autour de ces différents numéros ?
 
Le spectacle est pensé comme un rêve éveillé où s’entremêlent diverses œuvres musicales de Mozart.
Les personnages sont abordés comme des figures allégoriques qui viennent incarner, des sentiments tels que l’amour, la colère ou la joie adolescente, etc…

 
Enfin, quelle expérience voulez-vous offrir aux spectateurs avec cette mise en scène ?
 
Nous souhaitons éveiller chez le spectateur un sentiment d’émerveillement et de légèreté. Le spectacle propose une vision originale et ré-enchantée de ces œuvres opératrices très connues mais toujours à redécouvrir.

La Seine Musicale, Grande Seine
Vendredi 26 et samedi 27 juin, 20h30
Dimanche 28 juin 2020, 16h00
 
Tarifs : 65|50|35|25 €
 
Réservez vos places sans plus attendre : www.laseinemusicale.com

Vous aimerez aussi