Vous utilisez une ancienne
version de votre navigateur

Veuillez télécharger la mise à jour afin de bénécifier de toutes les fonctionnalités du site

Mettre à jour votre navigateur

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer du contenu ciblé.

Note d’intention de Carlus Padrissa

En février 2020, Insula orchestra et Laurence Equilbey retrouvent La Fura dels Baus pour une deuxième création scénique. Aux côtés du plasticien Mihael Milunovic, Carlus Padrissa, directeur artistique du collectif catalan, livre sa vision du projet "Pastoral for the planet".

Répétition scénique

«

Pastoral for the planet met en scène deux hommes et deux femmes vivant dans un Baobab : un grand arbre qui représente l’habitat naturel de l’être humain. Dans la première partie, ils vivent heureux jusqu’au jour où la forêt autour d’eux s’étiole et l’air pur, l’eau potable et les terres fertiles se raréfient.
 
Leur Baobab est finalement coupé par des étrangers et s’écrase violemment au sol. L’arbre coupé représente les limites de la planète qui ont été atteintes. Ses quatre habitants connaissent dès lors la précarité alimentaire en raison de la détérioration de leur écosystème naturel. Ils doivent abandonner leur quotidien et voient leurs chances de contracter de nouvelles maladies augmenter. Nos protagonistes souffrent d’une aggravation de la pauvreté, ce que connaît malheureusement une large partie de l’humanité. Ils n’ont d’autres choix que d’émigrer et quitter leur terre en raison de la violence, de la détérioration de leur habitat et de la destruction de leur mode de vie traditionnel.

Dans la seconde partie, nos quatre protagonistes ne supportent plus la marginalisation induite par leur situation de réfugiés et décident de revenir sur leurs terres pour reconstruire un habitat durable. Inspirés par la Symphonie n° 6 de Beethoven, ils pensent que la dégradation du monde pourrait être en partie stoppée si de profonds changements économiques, politiques et sociaux étaient mis en place. Ils comprennent que le propre de la civilisation est la relation entre le temps, l’affection et l’énergie de l’amour nécessaires aux humains pour satisfaire leurs besoins réels (soins, sécurité émotionnelle, préparation de la nourriture, actions associées à la reproduction, etc.), ce qui contribue à garantir la continuité de la vie humaine.
 
À la fin, le baobab reconstruit fleurit à nouveau !

»

 
Plus d’informations sur le spectacle.

Répétition scénique

Vous aimerez aussi