Vous utilisez une ancienne
version de votre navigateur

Veuillez télécharger la mise à jour afin de bénécifier de toutes les fonctionnalités du site

Mettre à jour votre navigateur

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer du contenu ciblé.

Édito

Il y a des îles aux trésors et des îles désertes, des îles vierges et des îles englouties. Mais d’île musicale, il n’y en a qu’une : La Seine Musicale. Voilà un an qu’Insula orchestra a le bonheur d’y résider, d’y construire une programmation riche et innovante, exigeante et accessible, et toujours attentive à l’égalité entre hommes et femmes.
 
Cette saison, nos invités, les prestigieux Akademie für Alte Musik Berlin, Bergen Philharmonic Orchestra, l’Orchestre du Centre national des Arts du Canada, ou Concentus Musicus Wien viennent du Canada, de Norvège ou d’Allemagne. Une présence forte qui atteste que le chant des sirènes de La Seine Musicale attire les orchestres du monde entier.
 
Ce rayonnement ne saurait être complet sans une politique de tournées ambitieuses grâce auxquelles Insula orchestra diffuse son répertoire aux États-Unis, en Allemagne ou en Autriche.
 
Une mobilité qui s’incarne jusque dans le mélange des arts, marque de fabrique des créations scéniques d’Insula orchestra. Le Requiem de Mozart jongle avec l’univers de l’artiste de cirque Yoann Bourgeois tandis que le Freischütz de Weber nous ensorcelle avec la compagnie de magie nouvelle 14:20.
 
Bienvenue à La Seine Musicale : une île unique mais plurielle.
 
Laurence Equilbey
Directrice artistique et musicale d’Insula orchestra

Vous aimerez aussi